L’Approche Stratégique Systémique, également appelée « Thérapie Brève », vise à accompagner des personnes qui souffrent de difficultés dans les relations à l’autre ou à soi. Avec des degrés de souffrance plus ou moins grands, elles se retrouvent ainsi bloquées, malgré tous leurs efforts et veulent dépasser cette situation. Elle est également appelée « Thérapie Familiale systémique » lorsqu’appliquée aux problèmes de couple ou de relations familiales.

La thérapie brève se distingue d’autres thérapies par le fait de centrer le travail sur le « comment les difficultés sont vécues » et « comment elles s’entretiennent », plutôt que sur la question du « pourquoi elles sont arrivées » c’est-à-dire la recherche de causes dans le passé ou dans le psychisme. Le passé sera néanmoins exploré dans le cas des traumatismes afin d’identifier comment ces derniers jouent sur le présent.

Elle est donc très concrète et pragmatique dans le sens où elle s’intéresse en détail aux situations vécues, actuelles ou récentes où le problème se manifeste pour la personne. Focalisée sur l’exploration des interactions avec l’autre ou avec soi-même, elle va explorer en priorité comment la personne interagit avec son environnement, ce qui marche, ce qui ne marche pas dans ces interactions et ce qui est source de problème ou de souffrance.

Dans l’optique d’amorcer un changement rapidement, chaque situation est ainsi explorée afin d’identifier :

  • ce que la personne essaie, fait et dit, ce qu’elle pense, ressent et vit (émotions, pensées, sentiments, sensations, symptômes),
  • comment son environnement (son partenaire, son n+1…) agit et réagit vis-à-vis d’elle,
  • ce qui se joue derrière l’objectif de changement de la personne,
  • ce qui marche ou ce qui est source de souffrance.

Une fois le problème décodé, le travail en séance vient alors éclairer la situation depuis des angles de vue complémentaires, dans le but de co-construire ensemble des façons de faire autrement afin de parvenir à l’objectif visé.

Et pour cela, parce que nous pensons que le changement se produit non seulement de l’analyse et de la discussion en séance, mais surtout par l’action, des tâches (observations, expériences…) sont proposées entre deux séances, pour expérimenter ces nouvelles façons de faire. Ces expérimentations sont toujours calibrées selon le potentiel du contexte et construites dans le sens de l’écologie de la personne.

Les résultats de l’expérience vécue sont examinés à la séance suivante dans une logique d’ajustement et de consolidation du changement, pour, au-delà de l’objectif, retrouver aussi fluidité et mouvement.

Cette approche est dite brève, car elle vise à amorcer un changement concret rapide. La durée totale du processus de changement est bien sûr variable selon les difficultés et les objectifs.

Cette approche a été développée initialement par l’école de Palo Alto. Elle s’articule avec l’hypnose ericksonienne et l’intelligence émotionnelle afin de déclencher le changement non seulement par l’exploration de ce qui se passe, mais aussi par des expériences et par la prise en compte de l’utilité et du rôle des émotions et des sensations dans le changement. Cette articulation avec l’hypnose permet également de traiter les traumatismes liés au passé.

Pour quoi ?

Difficultés personnelles, émotionnelles et relationnelles

  • Anxiété, doute, angoisse, tristesse, colère…
  • Épuisement, sur-contrôle, gestion du temps.
  • Confiance en soi, estime de soi, culpabilisation.
  • Traumatismes.
  • Procrastination, prise de décision.
  • Échecs renouvelés, perte de sens ou d’envie.
  • Perte d’énergie, burn-out, dépression.
  • Hyper-sensibilité, gestion des émotions, assertivité en situation.
  • Insomnie, somatisations …

Difficultés et souffrance au travail

  • Conflits, stress, poser des limites.
  • Epuisement, pre burn-out, burn-out.
  • Sentiment d’échec, de ne pas être à la hauteur, confiance en soi, estime de soi.
  • Isolement, manque d’intégration, difficulté de progression, démotivation.
  • Manque d’aisance émotionnelle en situation.
  • Souffrance, harcèlement.
  • Intelligence émotionnelle de ses propres modes de fonctionnement et d’interaction.
  • Prise de décision.
  • Prise de parole.
  • Prise de poste.
  • Perte de sens.

Thérapie de couple et thérapie familiale

  • Consultations en solo.
  • Consultations en duo (souvent plus efficaces dès lors qu’il y a accord des deux conjoints sur l’objectif, que ce soit trouver de nouvelles façons de fonctionner, ou bien préparer une séparation, prendre en compte les enfants…).
  • Familles recomposées.
  • Tensions avec des tiers.
  • Problème d’argent.
  • Manque de respect.
  • Incompréhension, incompatibilité.
  • Adolescents.
  • Enfants.
  • Problèmes liés à la scolarité (harcèlement, décrochage, stress, isolement).

« Ce n’est pas en premier lieu pour éclaircir un passé interchangeable qu’on a recours à la thérapie brève, mais parce que l’on n’est pas satisfait du présent et qu’on désire rendre meilleur son avenir. »

– Paul Watzlawick

« Chacun fait tout le temps du mieux qu’il peut, étant donné la manière dont il perçoit les contextes et les relations dont il fait partie. »

– Don Jackson

« Quand un problème demeure et même s’aggrave malgré tout ce qu’on a essayé, « c’est que le problème, c’est la solution (…) Parfois ce sont même les solutions conçues avec succès hier qui deviennent fatales quand on les réplique le lendemain. »

– Paul Watzlawick

« Si un système demande à être modifié sur le plan cognitif, mais résiste émotionnellement au changement, nous ne pouvons le faire changer par la seule explication. »

– G. Nardone

« La source de la plupart de nos problèmes réside dans l’écart entre le mode de pensée de l’homme et le mode de fonctionnement de la nature. »

– Gregory Bateson

Thérapeutes
Sylvie Angel

Psychiatre - Psychothérapeute

Pierre Angel

Psychiatre - Psychothérapeute et Coach

Philippe Loiseau ©Gilles Dacquin

Psychopraticien Thérapie Brève & Hypnose - Coach Professionnel -
Adultes, jeunes Adultes
Managers, Jeunes Pros, Etudiants